Le dernier tiers du XIXe siècle a connu une floraison exceptionnelle de sonates pour piano et violon. Alors que, dans le même temps, la sonate pour piano seul était délaissée, la sonate pour piano et violon, en associant les deux instruments emblématiques de la virtuosité romantique, offrait à l’évidence à l’imagination des compositeurs un champ combinatoire nouveau. Depuis Beethoven, référence absolue et redoutée par Franck et par ses disciples, tout acte créateur impliquait pour le compositeur qui se mesurait à la symphonie, à la sonate ou au quatuor, une part de défi qui était une source de stimulation. Dans le cas de la sonate pour piano et violon, la difficulté consistait à bâtir une vaste architecture sur la base d’une combinaison instrumentale dont l’équilibre sonore était devenu fragile : la mention du piano avant celle du violon dans le titre de la plupart des sonates de cette époque est à cet égard révélateur.

César Franck / Guillaume Lekeu - Sonates pour piano et violon interprétées par Gérard Poulet au violon et Noël Lee au piano

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral