L’histoire de Sibaris commence dans les brumes de Fontainebleau. Chaque année à la saison des chasses, la Cour partait s’établir au Château de Fontainebleau. Une partie de la troupe des Menus Plaisirs suivait la cour pour donner un certain nombre de spectacles. Ces concerts d’automne marquaient en quelque sorte l’ouverture de la saison lyrique et, loin de la Querelle qui faisait déjà rage à Paris (voir infra), l’année 1753 semblait s’ouvrir sous le signe du « ramisme ». Ce furent en effet deux pastorales héroïques, Daphnis et Eglée et Lycis et Délie, ainsi que l’acte de ballet Sibaris que l’on présenta au Roi. Ces trois spectacles, donnés dans le grande salle, dite de la « cheminée », réunirent un même effectif instrumental et vocal, à la fois léger et original, dont nous nous sommes inspirés pour le présent enregistrement. Les Archives Nationales contiennent un témoignage précis du nom et des gages des artistes réunis par Rameau pour cette occasion. On retrouve ainsi parmi les membres de l’orchestre certains virtuoses fameux, tel le flûtiste Blavet, pour qui Rameau écrivit une partie flatteuse dans Sibaris. / Sibaris came into being in the mists of Fontainebleau. Each year, the Court would take up residence at the palace for the duration of the hunting season ; And some of the Menus Plaisirs would go along to provide musical entertainment. The autumn concerts at Fontainebleau marked, so to speak, the begininig of the lyric season. And, in the year 1753, far from the Querelle des Bouffons, which was raging in Paris, Rameau’s music was apparently very much in favour. Indeed, the works presented before the King that year were two pastorales héroïques by Rameau, Daphnis et Eglée et Lycis et Délie, and an acte de ballet entitled Sibaris. Each of the three pieces, performed in the large room known as the « salle de la cheminée », used the same light, original instrumental and vocal forces. In turn, we have used them as our inspiration for our own performance. The French National Archives give precise details of the artists taking part and their wages. The orchestra included a number of fine virtuosos, one of whom was the flautist Blavet. In Sibaris we find a part written specially for him by Rameau.

Philippe Rameau "Sibaris" Acte de ballet interprété par Le Concert de l'Hostel Dieu sous la direction de  Franck-Emmanuel Comte, avec N. Rime - F. Bazola - V. Rio - P. Noncle

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


L’accueil fut très enthousiaste et Sibaris fut jugé digne de la réputation du Célèbre Rameau. C’est sans doute ce qui le motiva à réutiliser l’Oeuvre en 1757 en l’intégrant dans l’opéra-ballet les Surprises de l’Amour sous le titre Les Sybarites. A Fontainebleau, le public fut unanime et la critique admirative. On lit dans le Mercure de France de septembre 1757 : « Cet acte est très bien mis en théâtre ; la décoration est convenable au sujet ; les habits sont les plus élégans ; tout y est dans le caractère ; le goût y a réglé la dépense ». La musique de Rameau d’une grande beauté, et la qualité des interprètes, ont sans doute contribué au succès de la pièce qui fut représentée jusqu’au 16 août. Le rôle d’Hersilide était tenu par Mademoiselle Chevalier, Astole par Monsieur Larrivée. Dans le rôle d’Agis, on découvrait le jeune haute-contre Pépin, dont le talent lui valut le surnom d’Amphion de nos jours. Quant aux ballets, ils étaient interprétés par les plus grands danseurs d’alors : Vestris, Laval, et les Lany.

The works were received with great enthusiasm . Sibaris was deermed « worthy of the reputation of the Celebrated Rameau ». That is probably what prompted the composer to use Sibaris again in 1757, as part of the opéra-ballet les Surprises de l’Amour, this time under the new title of Les Sybarites. At Fontainebleau, the work was acclaimed by audiences and critics alike. « This act is very well staged; the decor befit the subjects; the costumes are most elegant; everything is in fine taste; justifying the expense » (Mercure de France, September 1757). Of course, Rameau’s beautiful music and the quality of the interpretation must also have played some part in its succes and the piece was presented until 16 August. The part of Hersilide was taken by Mademoiselle Chevalier, Astole by Monsieur Larrivée and the young haute-contre Pépin (described as « Amphion de nos jours ») took the role of Agis. The ballets were performed by the greatest dancers of the time, including Vestris, Laval, and Jean-Barthelémy Lany and his sister Louise-Madeleine.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral