Le compositeur tchèque Kryštof Mařatka (1972) vivant à Prague et à Paris, est l’une des figures emblématiques de la création musicale actuelle. Sa fascination pour les musiques traditionnelles du monde, la naissance du langage chez l’Homme, l’art préhistorique et la question spirituelle des origines et du temps détermine ses grandes orientations qui mène jusqu’à la découverte des voies nouvelles de l’expression musicale. / The Czech composer Kryštof Mařatka (1972), who divides his time between Prague and Paris, is one of the emblematic figures of current musical creation. His fascination for world folk music, the birth of language in Man, prehistoric art and the spiritual question of origins and time determines his major orientations, which lead as far as the discovery of new paths of musical expression.

ARN68840 entier

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


Les Báchorky – fables pastorales (2016) mettent en scène huit instruments populaires tchèques et moraves dans une étonnante combinaison avec la clarinette, l’alto et le piano. Spécimens uniques, ces instruments populaires – bezovák (petite clarinette idioglotte), kamzičí roh (cor de chamois), hadrářská píštalka sopránová (sifflet soprano), nosová flétna (flûte nasale), hadrářská píštalka altová (sifflet alto), pastýřská trouba (trompe pastorale), kostěná flétna (flûte en os), koncovka (flûte harmonique) – font partie de la collection du compositeur et proviennent de l’atelier de Vít et Jan Kašpařík. Ils donnent une image plausible de ce que pouvaient être les instruments rudimentaires pastoraux. Le titre de l’œuvre renvoie à un genre issu de la créativité populaire orale tchèque, la báchorka désignant une histoire inventée, invraisemblable et mystificatrice, qui éveille la curiosité. Kryštof Mařatka assure la partie de piano de la main gauche et joue les instruments populaires de la main droite. II est possible de recourir à un pianiste et à un musicien à vent, qui apprendra à jouer sur les instruments populaires. Dans sa composition, Kryštof Mařatka part des caractéristiques des instruments populaires : gamme et étendue restreinte, mode de jeu mélodique modal, des hauteurs parfois aléatoires ou non tempérées, laissant apparaître des micro-intervalles. Il met ainsi en valeur leur couleur naturelle unique et plonge l’auditeur dans un univers d’une envoûtante beauté sonore.

The Báchorky – pastoral fables (2016) call for eight Czech and Moravian folk instruments in an stunning combination with the clarinet, viola and piano. Unique specimens, these folk instruments – bezovák (small idioglot-reed clarinet), kamzičí roh (fawn horn), hadrářská píštalka sopránová (soprano whistle), nosová flétna (nose flute), hadrářská píštalka altová (alto whistle), pastýřská trouba (pastoral horn), kostěná flétna (bone flute), koncovka (harmonic flute) – are part of the composer’s collection and come from the workshop of Vít and Jan Kašpařík. They give a plausible image of what rudimentary pastoral instruments could be. The work’s title refers to a genre stemming from Czech oral creativity, ‘báchorka’ designating an invented story, unrealistic and mystifying, which arouses curiosity. Kryštof Mařatka plays the piano part with the left hand and the folk instruments with the right. It is possible to resort to a pianist and a woodwind musician who will learn to play the folk instruments. In his composition, Kryštof Mařatka starts from characteristics of the folk instruments: scale and limited range, modal melodic playing method, pitches sometimes random or untempered, letting micro-intervals appear. He thus brings out their unique natural colour and plunges the listener in a universe of bewitching sonic beauty.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral