Certains programmes s’imposent bien plus qu’ils ne se composent. Celui-ci m’est apparu comme une nécessité, une forme d’instinct ou de besoin impérieux me poussant à réunir des pièces avec le sentiment que Bach aurait, en un sens, posé la première pierre.  / Sometimes a programme comes to you instinctively, as a necessity, something you have to do. In this case I felt an urge, a need, to gather together pieces for which Bach laid the first stone, so to speak.

A Tribute to Bach par Célimène Daudet au piano

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


Bach, considéré comme un « mythe », vénéré, quasi déifié est à juste titre porté au Panthéon des compositeurs. Je me suis surprise pendant mon parcours de musicienne à apprendre à l’aimer, de cet amour inconditionnel que l’on peut porter à ceux qui nous accompagnent éternellement, se jouant alors des frontières ou des limites du temps. Comme toute pianiste éduquée à bonne école, je l’ai découvert enfant. Bach :   le pain quotidien. Puis l’abandonnant plusieurs années, il a été relégué à mes souvenirs d’apprentissage sérieux du contrepoint et enfin tristement évité par agacement ou renoncement face à la querelle stérile d’un « Bach au piano ou au clavecin ? », comme s’il s’agissait d’un héritage indivisible ! C’est en réalité grâce à Franck, Mendelssohn, Busoni et ses transcriptions que j’ai retrouvé Bach.

Bach, regarded as a legend, revered, almost deified, one of the most famous of all composers. I was surprised, during my years of study, how unconditionally one can love those who, universal and timeless, are with us forever. Like any pianist educated at a good school, I discovered him as a child. Bach was my daily bread. Then for several years I abandoned him, he became a memory, associated with the years I had spent in the serious study of counterpoint; and after that, sadly, I avoided him, out of annoyance or renunciation, because of the sterile debate as to whether his music should be played on the piano or the harpsichord – as if his legacy were indivisible! Actually, it was thanks to Franck, Mendelssohn, and Busoni’s transcriptions that I returned to him.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral