Un des modèles musicaux de la Haute Renaissance italienne : Costanzo Festa – L’humaniste et diplomate Cosimo Bartoli traite, dans le troisième chapitre de ses Ragionamenti accademici, des compositeurs en activité sous la papauté de Léon X.  / A model of High Renaissance Italy: Costanzo Festa – The humanist and diplomat Cosimo Bartoli devoted the third chapter of his Ragionamenti accademici (Venice, 1567) to composers who were active in Rome during the papacy of Leo X. 

PV711062 entier

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


Voici ce qu’il nous livre au sujet de Festa : « Au temps du Pape Léon, de bienheureuse mémoire, j’appris à connaître en Constanzio Festa, à Rome, un compositeur de valeur, dont les œuvres ne jouissent pas d’une mince réputation ». Cette élogieuse déclaration est confirmée par Rabelais dans le prologue du quatrième livre de Pantagruel. En effet, Festa est l’unique musicien Italien qu’il cite dans le fameux cénacle des compositeurs : son aura rayonnait donc sur l’Europe entière. Cependant, les différentes sources biographiques le concernant restent énigmatiques ou bien comportent des erreurs. Seule sa brillante carrière en tant que chanteur et compositeur à la Chapelle Sixtine a pu être étudiée en détail. Un motu proprio (acte législatif) daté du 1er novembre 1517, et signé par le pape Léon X, désigne Constantius Festa comme cantor cappellanus. Un certain nombre de documents (journaux des présences aux cérémonies, actes de paiement) attestent de sa participation en tant que chanteur à la Chapelle Sixtine tout au long de sa vie : décembre 1529, décembre 1532, janvier 1535, septembre 1536, juin 1543 et enfin le 10 avril 1545, jour de sa mort. Un chroniqueur relate son enterrement précisant qu’il fut solennel (le 17 avril 1545) : « Eadem die itum fuit ad traspontinam : post missam in capella nostra celebratum : et ibi solemniter celebratae sunt exequiae domini Constantii Festae ».

“At the time of Pope Leo, of blessed memory, I knew an excellent composer in Rome, Costanzo Festa, whose works enjoyed no small reputation,” he wrote. And François Rabelais, in the prologue to Le quart livre… de bon Pantagruel (Paris, 1552), includes Festa [“Constantio Festi”] in an imaginary choir of famous musicians, along with Josquin, Obrecht, Ockeghem, Agricola, Brumel, Compère, Mouton and others. The various biographical sources available are, however, either obscure or inaccurate. The only part of Festa’s life about which we have relatively copious information is his brilliant career as a singer and composer at the Sistine Chapel. A papal bull of 1 November 1517, signed by Leo X, describes “Constantius Festa” as a “cantor cappellanus”; he must have entered the papal choir in or before that year. A number of documents, including the Sistine diaries, give dates – December 1529, December 1532, January 1535, September 1536, June 1543, and 10 April 1545, the day of his death – proving his presence as a singer at the Chapel throughout his life. It is recorded that a solemn funeral ceremony was held for him after mass in the Sistine Chapel on 17 April 1545: “Eadem die itum fuit ad traspontinam: post missam in capella nostra celebratum : et ibi solemniter celebratae sunt exequiae domini Constantii Festae.”

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral