Dans sa musique religieuse, Vivaldi privilégie les arie et les chœurs (c’est, dans ses opéras, les récitatifs et les airs). Les premiers admirablement structurés, agencés dans leur ligne, parfaitement adaptés au texte qu’ils mettent musicalement en valeur – expression dramatique et vérités antérieures. Quant aux chœurs ils sont admirables de majesté, trahissant une souplesse d’écriture et une maîtrise du contrepoint véritablement exemplaires. Grandioses, colorés et brillants, on les sent vraiment à la même échelle que les voûtes sacrées de Saint-Marc où il devait être beau de les entendre, plein de foi et de vaillance. Car la musique sacrée de Vivaldi apparaît en tous points exceptionnelle. Le musicien s’y montre novateur, à travers ses thèmes, rythmes, harmonies, effets sonores : fécond, dans l’agencement des plans, la multiplication même des partitions ; surtout poète par la profondeur de son inspiration et de l’expression religieuse, la justesse du trait, l’aura de mystère qui, parfois, enveloppe certaines partitions et leur donne une dimension supplémentaire, quasi mystique. Tour à tour descriptif ou contemplatif, toujours sincère, Vivaldi nous livre peut-être ici le meilleur de lui-même. C’est qu’en ce domaine de la musique sacrée, le compositeur se trouve doublé, épaulé par le prêtre, la science par la foi. Les trois psaumes enregistrés ici en sont la preuve éminemment convaincante.

Antonio Vivaldi - 3 Psaumes à double chœur et double orchestre dirigé par Paul Kuentz - Orchestre & Choeur Paul Kuentz - K. Vahrenkamp - M.N. Cros - B. Decker - P. Garayt - Ph. Langshaw

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


Psaume 111 : BEATUS VIR

Heureux l’homme qui craint le Seigneur et qui lui obéit de tout cœur.

Sa postérité sera puissante sur la terre : une génération d’hommes justes et bénis.

Gloire et richesse habitent sa maison, et sa justice demeure à jamais.

Une lumière s’est levée dans les ténèbres afin d’éclairer les hommes au cœur droit.

Miséricordieux, juste et bon est le Seigneur.

Heureux l’homme miséricordieux qui offre son secours, qui règle ses paroles selon la justice ; oui jamais il n’aura à trembler.

Impérissable est le souvenir que laisse le juste ; il n’a pas à redouter les propos méchants.

Son cœur est prêt à espérer dans le Seigneur, son cœur est confiant, sans être ébranlé, il verra la confusion de ses ennemis.

A cette vue l’impie s’irrite ; il grince des dents et se consume de dépit : l’envie des méchants sera mise à néant.

Gloire au Père.

 

Psaume 147 : LAUDA JERUSALEM

Loue le Seigneur, Jérusalem ; Sion, célèbre ton Dieu

Car il a consolidé les verrous de tes portes ; il bénit tes fils dans tes murs.

A tes frontières, il assure la paix et te rassasie de la fleur du froment.

Il envoie ses ordres à la terre : sa parole se transmet avec rapidité.

Il fait tomber de la neige comme de la laine ; il répand le givre comme de la cendre.

Il lance ses glaçons par morceaux ; qui peut supporter ces frimas ?

A sa seule parole, ils fondent ; son vent souffle et les eaux coulent.

A Jacob, il annonce sa parole ; ses décrets et ses volontés à Israël.

Il n’en agit point ainsi avec les autres nations ; car elles ne connaissent point sa loi.

 

Psaume 109 : DIXIT DOMINUS

Le Seigneur a dit à mon Seigneur, asseyez-vous à ma droite.

Jusqu’à ce que je fasse de vos ennemis l’escabeau de vos pieds.

De Sion, le Seigneur étendra le sceptre de votre puissance, pour vous faire régner sur tous vos ennemis.

A vous l’empire souverain au jour de votre puissance, au milieu d’un peuple de saints ; de mon sein avant l’étoile du matin, je vous ai engendré.

Le Seigneur a juré et il ne s’en repentira point : vous êtes prêtes à jamais, à la manière de Melchisédech.

Le Seigneur est à votre droite ; il brise les rois au jour de sa colère.

Il juge les nations, il couvre la terre de ruines, il écrase la tête des tous ses ennemis.

En route, il boit l’eau du torrent ; c’est pourquoi il relève le front.

Gloire au Père.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral