Edvar GRIEG : FUNERAL MARCH – Richard STRAUSS : FEIERLICHER EINZUG – Marcel DUPRE : POEME HEROÏQUE – Franz LISZT : LIBERA ME – Edward ELGAR : POMP AND CIRCUMSTANCE MARCH N°1 op. 39 – César FRANCK : PANIS ANGELICUS – Gabriel FAURE : PAVANE -Alexandre GLAZOUNOV : FANFARE DE RAYMONDA – Sigfrid KARG-ELERT : MARCHE TRIOMPHALE

PV711081 entier

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


EDVARD GRIEG (1843-1907) : FUNERAL MARCH – Grieg composa cette Funeral March pour Richard Nordraak, lui-même compositeur de l’Hymne National Norvégien. Ami intime de Grieg depuis 1864, Nordraak était un défenseur exubérant de la musique norvégienne. à sa mort prématurée, en 1866, eut lieu la première exécution de la Funeral March qui devint la pièce fétiche de Grieg, lors de ses tournées. Elle fut également jouée en 1907 pour les funérailles de ce dernier, dans une version pour orchestre. Originellement écrite pour piano en la mineur, Grieg en fit très tôt plusieurs versions pour cuivres ou orchestres à vent. La version de Jean-Paul Leroy pour cuivres et orgue est, elle, en si bémol mineur. / Grieg composed this funeral march for Richard Nordraak who composed the Norwegian National Anthem. Grieg’s intimate friend since 1864, Nordraak was an enthusiastic defender of Norwegian music. The Funeral March was first performed at his untimely death in 1866, and became Grieg’s mascot music throughout his tours. It was also played in an orchestral version at his funeral in 1907. Originaly written for the piano in A minor, Grieg soon made various versions for brass instruments or wind orchestras. Jean Paul Leroy’s version for brass and organ is in B flat minor.

RICHARD STRAUSS (1864-1949) : FEIERLICHER EINZUG – Originellement écrite pour grande formation de cuivres, cette œuvre a été arrangée pour toutes les formations existantes, en passant par l’orchestre et l’orgue. Nous la trouvons ici dans un arrangement de Thierry Caens pour quintette de cuivres et orgue. Commençant par un mystérieux appel de cor sur une pédale de l’orgue, la progression se fera de plus en plus opulente pour aboutir à un climat final tonitruant. / Originally written for a big brass formation, this work has been arranged for ail existing formations, including orchestras and organ. Here it is an arrangement by Thierry Caens for a brass quintet and organ. Beginning with a mysterious horn call on the organ pedal, the progression becomes increasingly opulent, reaching a resounding finale.

 MARCEL DUPRE (1886-1971) : POEME HEROÏQUE – Cette œuvre a été exécutée en 1937 à l’occasion de la restauration de l’orgue de la Cathédrale de Verdun. Le compositeur en était le soliste. Les trompettes annoncent d’abord une fanfare héraldique, suivie d’une marche décisive. Ensuite vient un choral élégiaque où le cor déploiera toute sa majesté, choral repris en canon par les autres cuivres Le thème de la marche revient à la fin fortissimo, avec le choral proclame dans une splendide opposition. Ecrit pour trois trompettes, trois trombones, percussion et orgue, ce Poème Héroïque fut revu par Yves Favre pour quintette de cuivres, percussions et orgue. / This work was performed in 1937 to celebrate the restoration of Verdun Cathedral organ. The composer was the soloist. The trumpets first announce a heraldic tantare, followed by a decisive march. Then follows an elegiac choral in which the horn displays all its majesty, taken up again in canon by the other brass instruments. The theme of the march returns fortissimo at the end, with the choral proclaimed in splendid opposition. Written for three trumpets, three trombones, percussion and organ, this Poème Héroïque was revised by Yves Favre for a brass quintet, percussion and organ.

 FRANZ LISZT (1811-1886) : LIBERA ME – Partie finale du Requiem (1860-1868). Cette œuvre, composée à la mémoire de sa mère et écrite à l’origine pour soli, chœur d’hommes et orgue, marque la volonté de Liszt d’adhérer momentanément au « Mouvement Cécilien » ; mouvement prônant un retour à l’esprit du chant grégorien et chassant le spectaculaire du romantisme. Cette volonté est affirmée dans l’arrangement de Michel Godard par le remplacement d’une des deux trompettes par le Bugle, instrument plus doux et donc plus proche de la voix. / The last part of the Requiem (1860-1868). This work, composed to the memory ot his mother, and originally written for solos, men’s choir and organ, shows Liszt’s desire to adhere momentarily to the ‘Mouvement Cécilien’ which recommended a return to the spirit of Gregorian chant, dismissing the dramatic tendency of romanticism. This desire is assertedin Michel Godard’s arrangement by the replacement of one of the two trumpets by the Bugle, a sweeter instrument which is therefore doser to the human voice.

EDWARD ELGAR (1857-1934) : POMP AND CIRCUMSTANCE MARCH N°1 op. 39 – Edward Elgar peut être considéré comme un compositeur autodidacte. Très éclectique, il resta en dehors de toutes les « écoles » musicales et compléta son éducation musicale à l’orgue de St-George en tenant divers emplois dans des orchestres locaux, les meilleures œuvres sont l’oratorio The Dream of Gerontius (1900), un Concerto pour Violon (1910), les Variations Enigma pour orchestre (1899) et la fameuse Pomp and Circumstance que nous entendons ici dans une version pour quintette de cuivres et orgue réalisée par Thierry Caens. / Edward Elgar can be considered as an autodidactic composer. Extremely eclectic, he remained apart from ail the musical ‘schools’ and completed his musical education at St George’s organ whiist being employed in various posts in local orchestras. His best works are his oratorio The Dream of Gerontius (1900), a Violin Concerto (1910), the Enigma Variations for orchestra (1899), and the famous Pomp and Circumstance which can be heard here in a version for a brass quintet and organ arranged by Thierry Caens.

 CESAR FRANCK (1822-1890) : PANIS ANGELICUS – Eminent organiste et compositeur français, cet artiste avait des origines germaniques. Le Panis Angelicus est extrait de sa Messe ; la partie de ténor, ici confiée au trombone dans une tessiture particulièrement périlleuse, donne à cette mélodie mondialement connue une saveur inhabituelle et pleine de profondeur. L’arrangement d’Eric Vernier traduit parfaitement le développement des idées, de l’art des transitions et de la frappe harmonique de César Franck. / Eminent French organist and composer, César Franck was of Germanie extraction. The Panis Angelicus is taken from his Mass. The tenor part, given here to the trombone in a particularly perilous tessitura, lends this work, which is worried famous, an unusual and profound flavor. Eric Vernier’s arrangement perfectly translates César Franck’s development of ideas and of transitions and harmonic touch.

GABRIEL FAURE (1845-1924) : PAVANE – La Pavane écrite en 1877 pour orchestre et chœurs, arrangée ici par Thierry Caens, présente l’apesanteur spirituelle à laquelle nous invitent de nombreuses œuvres de jeunesse, telles que le Requiem et le Quatuor pour Piano et Cordes n°1. Il prend ici le risque de réexposer un même thème en en variant seulement les couleurs. Ravel reprendra cette idée dans le Boléro, mais de manière plus radicale puisqu’il éliminera l’épisode central, destiné à faire contraste. / The Pavane, written in 1877 for orchestra and choirs, arranged here by Thierry Caens, presents the spiritual weightiessness of many of his early works such as the Requiem and Quartet for Piano and Strings n°1. Here he risks reexposing the same theme by varying the colours only. Ravel was to take up this idea in his Boléro, but in a more radical way, since he was to eliminate the central episode destined to make a contrast.

ALEXANDRE GLAZOUNOV (1865-1936) : FANFARE DE RAYMONDA – Ce compositeur russe est considéré comme le dernier représentant de la grande école russe du 19e siècle. Cette Fanfare, appartenant au Ballet Raymonda (1898), a été initialement écrite pour orchestre (où les cuivres ont une partie prédominante). Elle a ensuite vu le jour sous la forme présente lorsque plusieurs membres du Concert Arban ayant participé à une série de ballets de l’Opéra de Paris en 1984 (avec Rudolf Noureev) eurent l’idée de la transcrire pour cet enregistrement. / This Russian composer is considered to be the last representative of the great nine-teenth century Russian school. This Fanfare, from the Ballet Raymonda (1898), was initially written for an orchestra (in which the brass instruments play a predominant part). Then it appeared in its present form when various members of the Concert Arban, having participated in a series of ballets at the Paris Opéra in 1984 (with Rudolf Noureev), had the idea of transcribing it for this recording.

SIGFRID KARG-ELERT (1877-1933) : MARCHE TRIOMPHALE – Spécialiste de l’harmonium, ce compositeur allemand écrivit de nombreuses pièces pour cet instrument, ainsi que des pages multiples pour orgue au style souvent boursouflé. La Marche Triomphale, ici arrangée par Gary Olson, fait partie de cette tradition de pièces grandioses et pompeuses qui fit la gloire des organistes du 19e siècle. / Harmonium specialist, this German composer wrote many pieces for this instrument and many pages for the organ in a style which is often puffed up. The Triumphal March, arranged here by Gary Olson, is part of the tradition of grandiose and pompous pieces which were the glory of nineteenth century organists.