Dans le renouveau perpétuel que le folklore connaît en Bretagne depuis cinquante ans, les instruments populaires binious et bombardes, sous l’impulsion décisive de la Bodadeg ar Sonerion (Assemblée des sonneurs) ont connu un extraordinaire regain d’intérêt et ont vu leurs adeptes passer de quelques dizaines à plusieurs milliers. / The continuous revival of folk traditions in Brittany during the last fifty years has seen the popular folk music instruments, the biniou {bagpipes) and the bombarde (shawm), supported by the decisive influence of “Bodadeg ar Sonerion” (Pipers’ Assembly), arousing an extraordinary amount of fresh interest.

ARN44243 entier

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


Se réunissant à plusieurs, les « sonneurs » ont adopté des formations connues sous le nom de Kevrenn ou Bagad (Bagadou, au pluriel) qui comportent plusieurs talabarder (joueur de bombarde) et biniawer — plus couramment piper ou pipe (joueur de biniou), complétées par une section rythmique à l’instar des Pipe Bands de leurs cousins celtes d’Ecosse, dont les bretons avaient déjà adopté la grande cornemuse ou bagpipe, dès le début du siècle. Rapidement d’année en année, la technique d’ensemble s’est améliorée. Les musiciens, techniciens des instruments bretons, ont été les premiers à mettre en valeur les « joyaux » légués par la tradition orale en Bretagne. Des concours à plusieurs échelons ont été créés, qui sanctionnent le travail d’une centaine de formations. La musique bretonne est une musique vivante qui évolue, cherche des voies neuves tout en restant attachée à ses principes fondamentaux. Dans cet esprit, le Bagad Kadoudal de la Kevrenn de Rennes a toujours été à la pointe de l’innovation musicale, en restant cependant fidèle au respect de la tradition. Au sein du Bagad, la bombarde, instrument rustique (en buis ou en ébène), ancêtre du hautbois, aux possibilités les plus riches (tessiture et sonorité), suscite un répertoire qui lui est propre. Jean L’Helgouac’h (texte qui dirigea de longues années la destinée musicale de la Kevrenn), sonneur, compositeur et arrangeur, fut le premier à avoir l’idée d’utiliser cet instrument, en pupitre solo. Au milieu du foisonnement des différentes productions musicales, depuis une trentaine d’années les enregistrements de la Kevrenn de Rennes, sur microsillons Arion, ont toujours constitués des références incontournables au point de devenir en quelque sorte des « classiques » du genre. En 1993, la Bodadeg ar Sonerion fête son cinquantenaire, la Kevrenn de Rennes son quarantième anniversaire. (La Kevrenn a été fondée en 1953 par Patrick Coué, Christian Hudin, Jean Bouget et Louis-Jacques Donneau). Cet enregistrement a donc une valeur doublement symbolique.

The membership of the assembly rose from a few dozen to several thousand. The pipers formed groups of several players known as Kevrenn or Bagad (Bagadou in the plural) with several talabarder (bombarde players), and biniawer — or more usually piper or pipe (biniou players),— accompanied by a rhythm section as in the Pipe Bands of their Scottish cousins. The Bretons had already adopted their larger bag-pipes as early as the beginning of the century. Contests at several levels have been created to reward the work of about a hundred groups. Breton music is a living tradition which evolves, seeking new itineraries while remaining attached to its basic principles. With this attitude the Bagad Kadoudal of the Rennes Kevrenn has always been at the forefront of musical innovation, while remaining faithful to a respect for tradition. Within the Bagad, the bombarde (a rustic instrument and ancient shawm made of ebony and box), the instrument which affords the most varied possibilities (tessitura and sonority) has its own repertoire. Jean L’Helgouac’h (who was for many years in charge of the musical destiny of the Kevrenn), piper, composer and arranger, was the first to have the idea of using the instrument in a solo capacity. Among the many different musical productions issued within the last thirty years, the LP records of the Rennes Kevrenn made by Arion have always been the most solid of references, becoming, in a way, “classics” of the genre. In 1993, the “Bodadeg Ar Sonerion” celebrates its fiftieth anniversary, the “Rennes Kevrenn” its fortieth anniversary, so this recording is a double commemoration. From year to year, the ensemble technique has rapidly improved. The musicians, experts of the Breton instruments, were the first to show the true value of the “jewels” bequeathed by the oral tradition of Brittany

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral