Trio élegiac pour flûte, alto & harpe – Sonate fantaisie pour alto & harpe – Sonate pour flûte & harpe interprété par Isabelle Perrin à la harpe, Sabine Toutain à l’alto et Philippe Pierlot à la flute.

Trio élegiac pour flûte, alto & harpe - Sonate fantaisie pour alto & harpe - Sonate pour flûte & harpe interprété par Isabelle Perrin à la harpe, Sabine Toutain à l'alto et Philippe Pierlot à la flute.

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


Un irlandais de cœur

En Grande Bretagne, les dernières années du 19ème siècle virent l’essor du Celtic Twilight (Crépuscule Celtique), courant littéraire ainsi dénommé d’après le titre d’un recueil d’essais publié par W.B. Yeats en 1893. La remise à l’honneur des mythes irlandais, telle qu’elle s’affirme au travers de ses poèmes et de ses contes (The Wanderings of Oisin, 1889) ou au travers des pièces de J.M. Synge ou de AE (pseudonyme littéraire de Georges Russel) apparaît étroitement associée à la lutte menée par les irlandais pour l’indépendance. En musique, l’inspiration celtique imprimera une décennie plus tard sa marque aux œuvres de Granville Bantock, John Ireland, Josef Holbrooke, Rutland Boughon. Nul ne la portera plus haut, cependant, qu’Arnold Bax. Cet artiste originaire du Surrey et né au sud de Londres en 1883 devait en effet s’identifier à l’Irlande à un degré tel que non seulement la tradition de cette dernière, mais également ses tribulations politiques, marqueraient profondément la création du musicien pendant près d’un quart de siècle : les pièces de ce programme en administrent une preuve particulièrement éclatante.

An irishman at heart

In Great Britain, the final years of the 19th century saw the development of the Celtic Twilight, a generic phrase for the whole Irish revival in leterature, s named after a collection os stories by W.B. Yeats, published in 1893. The revical of Irish myths in Yeat’s poems ans stories (e.g ; The Wanderings of Oisin, 1889) and in the plays of J.M. Synge and AE (pseudonym of Georges Russel) seems to have been closely related to the Irish struggle for independence. In music, Celtic inspiration left its mark a decade later on the works of Granville Bantock, John Ireland, Josef Holbrooke, Rutland Boughon. None, however, were to take it t such heights as Arnold Bax. Indeed, this artist, born in Streatham, Surrey in 1883, was to identify so strongly with Ireland that his works as a musician were deeply marked for almost a quartier of a century not only by Irish tradition but also by the country’s political tribulations: the pieces presented in this programme provide some particularly remarkable examples.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral