« Il ne s’agit pas d’un Concerto da chiesa, précise Poulenc, mais en limitant mon orchestre aux cordes et à 3 timbales, j’en ai rendu l’exécution possible à l’église ». La commande fut passée par le Princesse de Polignac, la première exécution eut lieu en 1939. L’Œuvre, qui se joue sans interruption, est voisine de l’esprit du style baroque. L’introduction andante grave et solennelle est suivie de l’allegro giocoso léger, ponctué d’accords de septième à l’orgue.

Concerto pour orgue et Concerto Champêtre de Francis Poulenc par François-Henri Houbart

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


L’andante moderato contraste par son calme majestueux avec le mouvement précédent. L’orgue, en solo, utilise les ressources du contrepoint. Le dialogue se développe entre celui-ci et les cordes, souligné par les battements de timbales. Un allegro molto agitato en arabesque et en arpèges précède la rentrée du thème initial et amène un solo d’orgue de style baroque.  Après un passage calme et lent, l’allegro reprend. L’orchestre devient transparent et c’est dans un calme solennel que le thème initial est réexposé. Cette œuvre suffirait à elle seule à donner à son auteur une place de choix parmi les compositeurs du XXème siècle. L’orgue est utilisée avec une connaissance rare des ressources de l’instrument, tandis que les contrastes mesurés entre la fougue et la sérénité, l’ombre et la clarté sont l’expression même de m’élégance bien française de Francis Poulenc.

As Poulenc explains, « this is not a Concerto da chiesa, but I allowed for the possibility of church performance by limiting my orchestra to strings and three timpani ». Commissioned by the Princesse de Polignac, it was first performed in 1939. Played without a break, the style of the work comes close to the spirit of the baroque. A solemn andante is followed by a more light-hearted allegro giocoso – punstuated by chords of the seventh on the organ – and by the majestic calm of a contrasting andante moderato. Here, an organ solo makes use of various contrapuntal devices, and a dialoge develops between it and the strings, underlined by the timpani. A floridly arpeggiated allegro molto agitato precedes the return of the opening theme and leads to a baroque-style organ solo. A slow, serene passage is followed by a resumption od the allegro; the orchestra becomes transparent, and the opening theme is restated in an atmosphere of solemn calm. This work alone would suffice to give its author a place of honnour amongst 20th century composers. The organ is used with an exceptionnal understanding of the ressources of the instrument, while the measured contrasts between passion and serenity, light and shade, are the very epitome of Poulenc’s typically French elegance.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral